Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 17:36
Un livre contre les idées reçues sur le chômage et la précarité.

 

  • Pourquoi cette initiative ?

 

Dans une période où l'organisation du mouvement social est difficile et l’action citoyenne trop faible, et dans la perspective du prochain moment électoral, mais bien au-delà, nous avons pris cette initiative de réunir dans une même démarche, un même projet, 25 organisations syndicales et associatives qui œuvrent concrètement et quotidiennement avec leurs différences et leurs complémentarités, contre le chômage, les précarités, pour les chômeurs et précaires, leurs droits, pour l'emploi et un nouveau type de développement . Chacune a pris la plume pour écrire un chapitre du livre en répondant à l’une des idées reçues, en rapport avec son domaine d’intervention et ainsi démontrer comment on peut agir pour la contrecarrer

 

Alors que notre société s’est avérée incapable depuis 40 ans de trouver des solutions au chômage de masse, ce qui nous réunit tous est d’œuvrer pour que les personnes au chômage et en précarité aient vraiment leur place en tant que citoyen à part entière. Nombreux sont ceux, déjà, qui essaient d’agir d’une manière ou d’une autre. Notre regroupement veut signifier aussi la nécessité de continuer à chercher et mettre en œuvre des solutions innovantes pour assurer à chacun et chacune sa place avec un revenu suffisant pour vivre. Nous savons aussi que cela passera par des politiques nationales et européennes plus ambitieuses qui ne verront le jour que si nous sommes nombreux à exiger ces changements majeurs. Ce livre et ce que nous organiserons par la suite concourront, nous l’espérons, avec d’autres initiatives, à favoriser cette mobilisation citoyenne.

Cette démarche, d’un collectif très élargi, entamée avec ce livre est un événement en soi.

 

  • Pourquoi ce livre est-il un événement ?

 

Parce qu’il réunit sans doute pour la première fois des acteurs sociaux dont un certain nombre n’ont pas l’habitude d’agir ensemble.

Ainsi tous ensemble, avec l’apport des uns et des autres, nous voulons faire reculer la stigmatisation que subissent toujours les chômeurs et les précaires, mais aussi la banalisation du chômage et de la précarité. Nos sociétés ont intégré trop facilement ces chiffres insupportables: 10 millions de personnes qui vivent avec de grosses difficultés, 5,5 millions inscrites à Pôle emploi, des embauches majoritairement en CDD très courts… Ces chiffres révèlent de maux importants : rejet de l’autre, repli sur soi et sa vie privée avec comme corollaire un faible engagement dans la sphère sociale et sociétale, développement de l’extrême droite etc…

Ce livre veut contribuer à changer le regard, rompre avec une passivité trop évidente. Ainsi, chaque organisation contrecarre une idée reçue avec un argumentaire étayé. Exemples : « les chômeurs ne cherchent pas de boulot », « ils sont trop indemnisés », « coûtent trop chers à la société », « ne sont pas capables de créer leur entreprise », « les employeurs n’en veulent pas », ou bien, « le chômage c’est la faute des étrangers », « certes le système actuel ne règle pas la question du chômage mais il n’y pas d’alternatives » etc…

 

  • Ne faites-vous que de réfuter des idées reçues ?

 

Non, nous n’en restons pas là chaque organisation présente, en lien avec l’idée reçue traitée, des récits d’expériences, des initiatives nouvelles en cours et des propositions (dans les domaines de l’accès et de la défense des droits, mais aussi dans les secteurs de l’économie sociale et solidaire ou du développement à l’échelle des territoires) :

Notre objectif : montrer ce que les chômeurs et les précaires bâtissent avec d’autres.

 

  • Au-delà des articles des uns et des autres, où est le « faire ensemble » ?

 

Le livre par les différentes approches qu’il propose constitue déjà un faire ensemble car les interventions sont complémentaires et représentent, réunies, une contribution dans la lutte contre le chômage. Comme nous l’évoquions déjà, ce n’est pas si souvent que des mouvements associatifs importants et de grandes organisations syndicales font cette démarche. Pour donner plus de force à cette initiative, un texte commun est présenté à la fin de l’ouvrage mettant en évidence ce qui réunit l’ensemble des 24 organisations impliquées

 

  • Et la dimension européenne et internationale du chômage et de la précarité ?

 

Nous tenions à ce qu’elle soit présente. C’est pourquoi nous avons tout de suite pensé à Ken Loach pour la préface du livre. A cause de son dernier film « Moi, Daniel Blake » qui a obtenu la palme d’or à Cannes en 2016 et qui raconte avec beaucoup de force et de délicatesse les obstacles considérables et inacceptables que doivent affronter en Grande Bretagne un homme, une femme et ses enfants, en précarité. En cela, ce film est une magnifique introduction à notre démarche et un rappel des souffrances que beaucoup d’hommes, femmes, enfants dans tous les pays d’Europe et sur la planète doivent affronter. Comme nous, Ken Loach considère que des solutions beaucoup plus offensives doivent être mises en œuvre, comme nous il considère aussi que cela passera par une mobilisation citoyenne beaucoup plus significative de nos citoyens dans tous nos pays.

 

  • Cette publication est importante mais ne risque-t-elle pas de tomber vite dans les oubliettes ?

 

Notre premier objectif est de très largement diffuser ce livre, et bien sûr, pas uniquement dans les réseaux militants car nous voulons aller au-devant de nos concitoyens. L’enjeu est donc de contacter et mobiliser plus de personnes non encore engagées… Ainsi nous organiserons et animerons des débats et réunions publiques sur les territoires, dans les grandes villes – dès le début de l’année - pour présenter le livre, débattre et proposer. Dans chaque région, il y aura plusieurs débats y compris Outre-mer où la réalité sur ces questions comporte des spécificités.

Ces initiatives qui seront engagées par les 25 organisations associées à ce projet veulent favoriser une mobilisation plus significative de l’opinion, un renforcement de l’engagement citoyen, afin de peser plus fortement sur les élus pour que soient mises en œuvre des politiques beaucoup plus ambitieuses afin que reculent massivement le chômage et la précarité sous toutes leurs formes.

 

Un engagement qui peut déjà se concrétiser par une action dans une de nos organisations. Par exemple, pour le MNCP, s’engager dans une de nos associations existantes ou favoriser la création de nouveaux groupes locaux de chômeurs, précaires et citoyens solidaires.

Nous voulons favoriser une démultiplication de nos actions, en susciter de nouvelles à l’échelle du territoire mais aussi avec d’autres organisations dans d’autres pays européens

 

  • Allez-vous prendre part, d’une manière ou d’une autre, aux élections à venir ?

 

Comme vous l’aurez compris, notre action est essentiellement tournée vers une plus grande mobilisation des citoyens et non pas vers une influence directe sur les futurs candidats aux élections à venir. Le « changer la politique » ne prendra sens que si de différentes manières les citoyens sont plus impliqués et ne rétrocèdent pas leur part de responsabilité aux élus mais, par leur engagement, pèsent sur les choix à venir. En cela notre démarche est politique mais elle dépasse complètement les échéances électorales à venir. C’est un travail de longue haleine.

 

 

PS : Le livre sera disponible à partir du 19 janvier, dans les librairies. Les Editions de l'Atelier qui l’éditeront. Nous aiderons à assurer une large promotion du livre et de nos actions, appuyés par le site « Revue Partage » et l’ensemble des sites des organisations

Le film « Moi Daniel Blake » de Ken Loach est sorti sur les écrans le 26 octobre.

 

 

Les 25 organisations :

 

MNCP (et les Amis du MNCP-PARTAGE), APEIS, JOC, AC, CIP, DAL, ATTAC, SOLIDAIRES, CGT, SNU-FSU, CGC, FNARS, EMMAUS, COORACE, CREPI, ADIE, ATD, APF, SECOURS CATHOLIQUE, FRANCE TERRE d’ASILE, CNIDFF, COLLECTIF ROOSEVELT, PACTE CIVIQUE, LES COLIBRIS

 

 

8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 15:43

     Pour savoir ce qu'est l'ASSADE , voir : http://gerard.fretelliere.over-blog.com/article-l-assade-au-service-des-chomeurs-et-precaires-111307613.html

 

     Cette association organise un marché de Noël le samedi 17 décembre 

Marché de Noël de l'ASSADE
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 21:40

     Au programme, quelques délibérations qui ont été déjà présentées en conseil de la Communauté de Communes. Ce qui donne l'occasion à l'opposition (2 élus en CdC et 5 au Conseil Municipal) de réitérer ses remarques. Pour le C.M. c'était principalement mon tour. 

 

     Le S.Co.T.

 

     Pour ceux qui ne le savent pas encore, il s'agit du Schéma de Cohérence Territoriale. Pour le dire en français "classique", il s'agit d'imaginer l'avenir d'une zone géographique donnée. Dans ce cas précis, le territoire du S.Co.T. correspond au "Pays Vallée de la Sarthe" qui regroupe 3 communautés de communes : celle de Sablé, celle dite L.B.N. (Loué, Brûlon, Noyen) et Val de Sarthe (canton de La Suze). Le document d'orientation doit être approuvé par les 3 CdC et toutes les communes. Pour la CdC et la commune de Sablé, c'est donc fait malgré nos abstentions.

     Précision importante : le S.Co.T. est un document "opposable". C'est à dire que les Plans Locaux d'Urbanisme Communaux ou Intercommunaux (P.L.U. ou P.L.U.I.) doivent être définis en fonction du S.Co.T.. D'où l'importance de ne pas bâcler le débat sur le S.Co.T...

     Alain Lavoué, qui présentait un résumé du texte (de 32 pages) a insisté sur la large concertation qui est censée avoir eu lieu avant la mise au point du texte définitif que nous avons étudié. Je ne partage pas cet optimiste : il suffit d'interroger un quelconque quidam et de lui demander ce qu'il pense du S.co.T; On devine la réponse. J'ai déjà évoqué le problème, au mois de mai http://gerard.fretelliere.over-blog.com/2016/05/elus-de-seconde-zone-encore.html

     Le document ne donne d'ailleurs pas l'impression qu'il a été rédigé (ou même corrigé) par les élus. Le style inimitable dénote immédiatement le rôle essentiel joué par un cabinet d'études qui a découvert une région inconnue jusque-là. La lecture est aride et risque d'être réservée aux spécialistes. Heureusement étant géographe et ayant été élu pendant quasiment 20 ans, je m'en sors assez bien mais il faut quand même s'accrocher. 

 

     Pour ceux que ça intéresse : 

        

     Nous avons insisté sur plusieurs points : 

 

          1° Il y a beaucoup de bonnes intentions (je n'ai pas écrit "voeux pieux"). En particulier, la volonté d'éviter l'étalement urbain, de dynamiser les centre-villes, de maintenir une activité agricole, de préserver l'environnement... 

          2° Par contre, les objectifs chiffrés ne semblent pas très crédibles. Que ce soit en ce qui concerne la population future ou le nombre d'emplois ou de logements à créer. 

          3° Il y a quelques oublis (exemple : la commune de Précigné est oubliée !!!). Il y a surtout des débats à mener sur les axes de l'urbanisation, l'attraction du Mans, les infrastructures... (le contournement de Sablé est aux oubliettes... )

     En conclusion, nous avons appelé de nos voeux une forte participation des citoyens à l'enquête publique qui devrait se dérouler au début de l'année 2017 (j'en reparlerai)

 

     Le travail du dimanche

 

     La municipalité propose 12 dimanches pendant lesquels les commerces pourraient ouvrir. Curieusement, elle n'intègre pas les 2 dimanches des braderies. Elle précise que c'est la même chose que l'an dernier et que les commerces ne sont pas obligés d'ouvrir tous ces dimanches. Ceci ne nous a pas convaincus et nous avons souligné que ces ouvertures favoriseraient les grandes surfaces. Entre parenthèse, on peut remarquer qu'une nouvelle enseigne annonce son ouverture tous les dimanches bien qu'ils ne vendent pas des produits alimentaires. Pourquoi ? On voit bien que le dimanche tend à devenir un jour ordinaire et ceci met en cause le résultat des luttes pour obtenir des jours de repos. 

 

     Rapport 2015 - 2016 sur la politique de la Ville 

 

     Ce rapport est réalisé sur une année scolaire et non calendaire. On constate que les crédits accordés à des projets dans les deux quartiers concernés (Montreux et La Rocade) ont surtout servi à financer des activités qui existaient déjà. Le problème que j'ai soulevé est celui de la participation des habitants de ces quartiers. Elle est très peu importante ; ceux qui animent les conseils citoyens sont un peu découragés.. J'ai demandé à ce que l'on réfléchisse à la façon d'impliquer beaucoup plus ceux qui vivent dans ces quartiers pour en faire de véritables conseils de quartier. 

 

      Instauration d'une taxe d'aménagement 

 

   4ème sujet déjà voté en CdC. J'avoue que je n'ai pas tout suivi. Il faudrait voir les conséquences pour les diverses communes. Dans le doute : abstention.

 

     Autres sujets abordés (vous pouvez également lire les articles de presse, globalement correct mais avec des "angles" différents)

 

          1° Ancienne gendarmerie. Déjà évoqué dans un article précédent :  http://gerard.fretelliere.over-blog.com/2016/09/cadeaux.html

Il apparaît donc que l'État avait accordé un rabais de 160.000 euros sur le prix de vente à la condition expresse que la Ville y construirait 15 logements sociaux. obligation à lauqelle la commune s'est soustraite. D'où un nouvel accord : les 160.000 euros seront consacrés à des logements sociaux mais pas dans le périmètre d'un des deux quartiers "prioritaires" et ce serait plutôt pour de la rénovation. Bref : "quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup".

 

          2° Convention avec Entracte. La convention actuelle est prorogée d'un an car il faut que le nouveau président de l'association ait le temps d'élaborer un nouveau projet. Pas de problème sauf que, en commission, la majorité avait rappelé que la subvention devait baisser encore de 5% en 2017. Nous avions voté contre et nous l'avons rappelé en séance publique. Surprise : Mme Bonnaud, l'adjointe responsable du dossier, a déclaré que la baisse n'était pas certaine. A suivre !

 

          3° Enfin, nous avons reçu, pour information, donc sans vote, 4 rapports sur l'activité de différents services (eau, assainissement, syndicat mixte Vallée de la Sarthe, PPP éclairage public). Je peux vous les envoyer si ça vous intéresse. Car tout ce qui a été traité au Conseil Municipal devient immédiatement public.

 

 

     

29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 09:13

     Un appel très large avait été lancé le 1er mai 2016. Voir : http://gerard.fretelliere.over-blog.com/2016/05/premier-mai-2016-un-appel-bienvenu.html

 

     Une réunion nationale a eu lieu le 12 novembre. Ci-dessous, un compte-rendu

27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 15:14
Les journalistes à l'assaut des catholiques saboliens

     Comme il fallait s'y attendre, les médias ont fait le pied de grue à la porte de l'église de Sablé, ce dimanche, pour recueillir la bonne parole des paroissiens. TF1 s'est même permis une incursion dans les travées pour capter quelques images.

 

     Pas moins de 4 organes de presse ont tendu leur micro comme d'autres tendent des tracts. Il y avait, outre TF1, les Inrockuptibles, le Figaro sur Internet et un autre journaliste dont on n'a pas identifié le patron.

 

     Toujours les mêmes préjugés ("catholiques = intégristes = fillonnistes"), toujours les mêmes questions ("allez-vous aller voter à la primaire de la droite ?" ; "pensez-vous que c'est une bonne chose si Fillon est élu président ?" "est-il vrai que Fillon ne se met jamais en colère ?"). Et quand leurs interlocuteurs étaient de gauche et répondaient non aux questions, ils paraissaient sincèrement interloqués. Faut-il rappeler que le score de la droite au second tour des présidentielles à Sablé n'a jamais été un raz de marée et que Mitterrand était devant Gsicard au second tour de 1981. Certes, Fillon ferait un bon résultat mais comme Chirac et Hollande en Corrèze ou Mitterrand à Château Chinon.

 

     Si vous voyez le résultat de ces reportages, prévenez-moi.

27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 14:37
Sylvia découvre la Sarthe

     Ce qu'il y a de merveilleux avec les journalistes parisiens est qu'ils sont capables de produire un article en quatre coups de cuiller à pot après avoir passé une journée ou deux dans un coin de province où ils n'ont sans doute jamais mis les pieds. Le résultat est un texte bien écrit (c'est la moindre des choses quand on a des décennies de métier derrière soi) mais fort superficiel pour ne pas dire plus. Ainsi du "papier" pondu par l'Express (http://gerard.fretelliere.over-blog.com/2015/12/l-express-s-interesse-a-sable.html)  et du reportage de France 2 (http://gerard.fretelliere.over-blog.com/2016/01/france-2-s-interesse-a-sable.html)

 

     Dans l'édition du "Monde" du dimanche 27 novembre, Sylvia Zappi raconte son immersion en Sarthe. Bien évidemment, elle n'a rencontré que des fillonnistes. On se demande quel est l'intérêt d'écrire un article pour ça ! On découvre cependant une militante de choc en la personne d'une ancienne élue de droite du Conseil Municipal de Sablé que je ne connaissais pas aussi "mordue".

 

     Ceci serait sans conséquence si on ne relevait pas deux énormités. Je ne savais pas qu'il y avait un Biomarché à Sablé et, a fortiori, que Fillon le fréquentait ni qu'il se rendait au Leclerc pour y faire ses courses. J'ignorais également que le député-maire socialiste de La Flèche affrétait des cars pour permettre à ses électeurs d'aller voir Fillon à Matignon ou à Bercy (où, d'ailleurs, Fillon n'a jamais mis les pieds !!!). D'ici à ce que l'on apprenne que Fillon avait fait campagne pour Mitterrand !

27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 08:00

     Depuis un siècle et demi, les ouvriers et, d'une façon plus générale, les partisans d'une autre société (le "socialisme"), ont ressenti la nécessité de se retrouver pour confronter leurs analyses et leurs expériences et pour se coordonner, au niveau international, afin d'avoir plus de poids face au capitalistes. Ce fut le naissance de l'Association Internationale des Travailleurs  dite "Première Internationale", fondée à Londres en 1864. A cette époque, elle regroupe des militants de toute tendance. Très vite, les marxistes se heurtent aux "anti autoritaires" dont les principaux représentants sont le russe Bakounine et le suisse Guillaume. Les premiers excluent les seconds puis l'Internationale disparait en 1877. 

 

     Quand une Internationale est créée à nouveau, en 1889, la conception est différente puisque la Seconde Internationale ne regroupe que des représentants des partis "socialistes" dont la plupart sont "marxistes". Il y a encore des débats intenses car ses partis ne sont pas monolithiques ; loin s'en faut !

 

     La seconde Internationale avait pris position contre la guerre. La Première Guerre Mondiale allait ruiner ses espoirs. D'autant que la majorité des partis socialistes allait se rallier à l'effort de guerre de leurs pays réciproques. Hormis une minorité qui réunit deux conférences internationales en Suisse. 

 

     Le triomphe de la révolution bolchévique allait créer un schisme au sein du mouvement socialiste. Les léninistes au pouvoir vont créer une Troisième Internationale ou Internationale Communiste ou Komintern, très disciplinée, au service de l'URSS et animée par des révolutionnaires professionnels chargés de propager la Révolution dans le monde entier. Les partis communistes étant plus ou moins téléguidés depuis Moscou. Le Komintern sera officiellement dissous pendant la seconde guerre mondiale mais renaître sous la forme du Kominform au début de la guerre froide. De nos jours, les partis communistes du monde entier se regroupent dans un mouvement assez informel : la Conférence internationale des Partis Communistes et Ouvriers (SOLIDNET). 

 

     Les partisans de Trotsky, poursuivi par Staline, créeront une 4ème Internationale qui n'aura pas le rayonnement des autres. Quant aux socialistes, ils se réfèrent encore à la 2ème Internationale et ont constitué l'Internationale Socialiste. 

 

     Loin de ces regroupements internationaux de partis, s'est mise en place une dynamique de rencontres ouvertes très largement - reprenant le modèle de l'AIT - que sont les Forums Sociaux Mondiaux ou régionaux (voir : mes articles concernant le Forum Social de Belém en février 2009). Le dernier en date a eu lieu à Montréal, cet été. 

 

     Plus modestement mais non moins intéressant, des militants d'entreprises reprises par leurs salariés se réunissent désormais régulièrement. L'article ci-dessous, rédigé initialement pour le site de l'Association Autogestion, évoque une réunion récente en Grèce.

26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 10:02

     Il a écrit : "Cette question n'a rien à voir avec les élections municipales car c'est l'Assemblée Nationale et le Sénat qui auront à se prononcer sur ce point. Néanmoins, je vous donnerai mon point de vue personnel. La retraite à 60 ans est une bonne mesure à condition que chacun puisse en bénéficier et non pas seulement quelques catégories et à condition que le pays soit capable d'en assumer les charges. Jacques Chirac n'a d'ailleurs jamais dit que la retraite à 60 ans était une régression sociale mais que le projet du gouvernement comportait de graves injustices. C'est ainsi que seuls pourront prétendre à cette retraite ceux qui ont cotisé 37 ans et demi à une caisse de retraite. Les autres se verront dans l'obligation d'attendre 65 ans". 

 

     On constate donc que le Sarthois, non seulement ne dénonce pas cette réforme mais, qui plus est, tente de tourner le gouvernement sur sa gauche. 

 

      Bien évidemment, cette prise de position ne date pas d'hier mais on peut la trouver sur un numéro de l'hebdomadaire "L'Écho Républicain" de Sablé (journal absorbé par "Les Nouvelles") à l'occasion de la campagne des élections municipales de 1983. Le jeune Fillon est alors adjoint au maire (depuis janvier 1981), conseiller général (depuis le même mois) et député (depuis juin 1981) et il dirige une liste de droite qui se situe dans la continuité de l'action de feu Joël Le Theule alors qu'une autre liste de droite, dirigée par Gilles, le propre frère de Joël, tente de lui disputer la victoire (voir : http://gerard.fretelliere.over-blog.com/article-les-elections-municipales-a-sable-1983-2008-118144009.html)

 

     Souvent Fillon varie, bien fol qui s'y fie. J'y reviendrai

26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 09:57

     Un article intéressant qui permet de lancer le débat sur les causes de la fermeture des commerces en centre-ville dans des communes comme Sablé.

24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 11:06

     Il est de bon ton de se moquer des sondages qui n'ont pas prévu le Brexit ou la victoire de Trump. C'est un mauvais procès pour deux raisons :

 

     - Un sondage enregistre un état de l'opinion au moment où il est effectué. Or, un sondage publié le jour J correspond à des enquêtes réalisées de J-1 à J-8 donc est toujours en décalage. Par contre, une série de sondages réalisés sur une longue période remarque les évolutions. Dans le cas des E-U comme dans celui de la primaire de la droite, cela a été le cas.

 

     - Il y a toujours une marge d'erreur. Un sondage donnant 50,5% aux partisans du maintien du Royaume Uni dans l'U.E. signifie que ce peut être de 49,5 à 51,5%. Pour les présidentielles américaines, les derniers sondages montraient une légère avance pour Clinton et ce fut le cas puisqu'elle a eu 2 millions de voix de plus que Trump. Le problème n'est pas là car ce sont des élections au scrutin indirect. Et les sondeurs avaient noté un coude à coude dans la plupart des États pouvant changer de camp. La seule surprise fut que Trump les remporta tous.

 

     Par contre, il y a eu une grossière erreur d'estimation en ce qui concerne la primaire de la droite. Le succès de Fillon n'avait pas été anticipé. En effet, les politologues ont sous-estimé le fait que beaucoup d'électeurs ont voté Fillon pour contrer Sarkozy car Juppé paraissait qualifié d'office (que Marine Le Pen se méfie). Les mêmes votants pourraient changer d'avis dimanche.

 

     C'est, en fait, le micro-trottoir d'après primaire qui tient le pompon. A en croire les médias, il y aurait de 90 à 100% de fillonnistes à Sablé. C'est évidemment faux et ça ne semble pas trop gêner la presse locale ou nationale. Un organe de presse ayant même réalisé l'exploit de ne trouver aucun adversaire de l'ancien maire dans notre ville. C'est quand même assez sidérant voire inquiétant pour la crédibilité de la presse.

 

 

 

Présentation

  • : Le blog de Gérard FRETELLIERE
  • : Militant autogestionnaire, écologiste et altermondialiste depuis près de 50 ans, je crois qu'un "Autre monde est possible". Sabolien depuis un tiers de siècle, je suis très impliqué dans le vie locale (conseiller municipal d'opposition de 1989 à 2008 responsable syndical et associatif). Géographe de profession, je suis passionné de voyages et de jardinage.
  • Contact

Recherche